Les plantes accompagnent l’Homme depuis la genèse de son histoire. Au fil du temps, nous avons appris à les reconnaître, à les cultiver, à les utiliser jusqu’à les décrypter et déterminer leurs compositions exactes.  Désormais, nous savons en extraire le meilleur et c’est dans les huiles essentielles que nous retrouvons la quintessence du règne végétal. 

Retour sur ces essences odorantes puissantes issues des plantes aromatiques…

 

 

Les huiles essentielles : des extraits concentrés de métabolites odorants

 

chimie des huiles essentiellesGrâce au long processus de l’évolution et à la sélection qui en résulte, les plantes ont su s’adapter pour se défendre et résister aux différentes conditions environnementales. Certaines se sont transformées morphologiquement alors que d’autres ont su faire évoluer leur métabolisme jusqu’à développer des molécules d’intérêt, intervenant dans des fonctions diverses telles que la lutte contre les insectes, la reproduction ou même la communication(1).  C’est de ce dernier grand groupe de plantes aromatiques que nous tirons aujourd’hui les huiles essentielles, extraits concentrés de ces métabolites volatils odorants.


Pour en savoir plus 💡 Télécharger le guide sur les huiles essentielles en cosmétique !

 

Pour récupérer ce précieux liquide, il faut le séparer de la plante avec minutie, l’art de l’extraction reposant avant tout sur le savoir-faire et la maîtrise du procédé utilisé(2), qui peut être selon la plante : 

  • La distillation à la vapeur : la vapeur d’eau traverse la plante pour en extraire les composés volatils. Ce process est adapté à quasiment tous les types de plantes ou partie de plantes et entraîne moins d’hydrolyse qu’en hydrodistillation.
    (Huiles essentielles de Lavande, Lavandin, Camomille, Immortelle, Géranium, Eucalyptus Etc)
  • L’hydrodistillation : elle consiste en une distillation à la vapeur alors que la plante reste immergée dans l’eau. Elle est adaptée à tous les produits même les plus difficiles à extraire.
    (Huiles essentielles de Rose, Encens, Myrrhe)  
  • L’expression à froid : c’est un procédé mécanique sans détérioration de l’huile essentielle, il permet d’extraire plus de molécules que la distillation à la vapeur mais est réservé aux épicarpes d’agrumes.
  • La distillation sèche :  cette technique consistant en la pyrolyse du bois, elle est utilisée spécifiquement pour les résineux. 

 

fabrication cosmétiques avec les huiles essentielles

Enfin, il est parfois nécessaire d’avoir recours à des procédés secondaires (rectification/fractionnement/redistillation) afin de sélectionner des notes olfactives ou de retirer certaines molécules selon l’usage souhaité.

Les huiles essentielles ainsi obtenues peuvent être classées suivant différentes typologies : s’il est tout à fait possible de les rattacher à la famille botanique de la plante dont elles sont issues, ou encore en fonction de leur famille chimique, les parfumeurs leur préfèreront une classification suivant leurs propriétés olfactives.


On retrouve alors tout le charme et la poésie de la terminologie utilisée dans le monde des parfums pour décrire ces familles. On évoquera des notes fleuries (ylang, géranium, rose), hesperidées (citron, orange, bergamote), boisées (vétiver, patchouli, cèdre, pin), anisées (fenouil, estragon, badiane, anis), épicées (clou de girofle, carotte, persil), agrestes (lavandes, sauge, romarin)… 

 

 

Pureté et naturalité : le critère de qualité par excellence pour les huiles essentielles

 

Les huiles essentielles sont des mélanges naturels complexes, qui se retrouvent, malheureusement, souvent adultérés par l'addition délibérée ou accidentelle de substances de moindre valeur (synthétiques ou naturelles) ou de contaminants(5)

Or, le terme « huile essentielle » doit définir un produit pur et naturel, c’est le critère de qualité par excellence. Pour répondre à ces exigences, la réglementation impose des standards représentés par un triptyque analytique : l’organoleptique, la physico-chimie et la chromatographie

  • L'organoleptique : parmi les critères organoleptiques contrôlés, l’odeur est certainement le plus important puisque déterminant dans l’industrie du parfum et de la cosmétique(3). On évaluera ensuite la couleur et l’aspect.
  • La physico-chimie : l’huile essentielle étant un mélange de molécules dont chacune contribue à ses propriétés, elle a ses propres valeurs physico-chimiques (densité, indice de réfraction et pouvoir rotatoire) qui participeront à l’évaluation première de sa bonne qualité. 
  • La chromatographie : cette technique permet de qualifier et quantifier chaque molécule volatile présente dans une huile essentielle et cela jusqu’à des seuils de 0.01%. 

 

pureté des huiles essentiellesChaque huile essentielle possède des caractéristiques organoleptiques, physico chimiques et chromatographiques typiques dont des normes en sont le guide. Elles sont entre autres définies par des organismes comme l’AFNOR(6), l'ISO(7) ou la pharmacopée européenne(8). Ces caractéristiques sont fonction de la variété de plante utilisée, des moyens de production employés, de la saisonnalité et de la zone géographique de culture. En plus du panel de molécules types, des détails d’oxydation, de vieillissement et d’adultération sont recherchés(4) et valident la qualité de l’huile essentielle.



La revendication « pure et naturelle », comment s’en assurer ?

Il conviendra pour s’assurer de la pureté de l’huile essentielle d’augmenter le niveau d’exigence et la technicité des analyses. On parlera alors de chromatographie chirale afin de vérifier la configuration spatiale des molécules ou de l’évaluation de la quantité d’isotopes stables et instables du carbone et/ou d’hydrogène. Ces techniques pourront ainsi valider la naturalité du produit voire même supposer une origine géographique…

 

 

Découvrez les clés pour sélectionner et utiliser
les huiles essentielles en cosmétique dans notre nouveau guide !

Téléchargez l'ebook sur les huiles essentielles HERBAROM

 

 



1. https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/dgccrf/documentation/publications/depliants/huiles-essentielles-depliant1.pdf

2. The essential oils, volume 1 : History – Origin in plants production - Analysis, Ernest Guenther

3. Perfume and Materials of Natural Origin,  Steffen Arctander

4. Aromatica - A Clinical Guide to Essential Oil Therapeutics, Volume 1: Principles and Profiles, Peter Holmes

5. Handbook of essential oil, Second Edition, K. Hüsnü Can Baser & Gerhard Buchbauer

6. https://normalisation.afnor.org/

7. https://www.iso.org/fr/committee/48956/x/catalogue/

8. https://www.edqm.eu/fr/Pharmacopee_Europeenne_10e_Edition